Fragments d'Orante

Le continent inconnu

Le vendredi 9 octobre 2015, sur France Inter, François Morel offrait un vibrant hommage à Jean-Paul Rappeneau à l’occasion de la sortie de son nouveau film “Belles familles”. Voici, ci-dessous, la retranscription intégrale de la réponse que fit le réalisateur, hors antenne…

« Je suis ému par ce que vous venez de dire. Si je ne vous connaissais pas, j’aurais pensé que vous me flattiez, mais ce n’est pas votre genre, vous êtes quelqu’un de bien. Je le sais, car je m’intéresse à ce que vous faites depuis longtemps et je vous félicite pour ce que vous êtes devenu. Croyez-moi, je pèse mes mots, Monsieur Morel, vous êtes un grand monsieur. Vous pourriez donner des leçons à bien des gens de notre milieu, mais je vous sais trop humble pour cela. Restez comme vous êtes, continuez à donner l’exemple.

En vous écoutant, une petite voix intérieure insistait pour que je vous remercie d’une manière ou d’une autre. Il me fallait trouver quelque chose à votre mesure avant la fin de votre chronique. Eh bien, figurez-vous que je viens de trouver. Accepteriez-vous un cadeau de ma part ? Je sais, ma question est idiote, un cadeau, ça ne se refuse pas. Sauf que celui que je vous propose peut se refuser, sans que je me vexe, je vous rassure. Vous allez comprendre pourquoi. Cependant, je sais déjà qu’il vous plaira, car vous êtes de la race des vrais comédiens, de ceux qui marquent leur temps, voire qu’on n’oubliera jamais. On nous casse les oreilles avec du Shakespeare depuis quatre cents ans, peut être que dans quatre cents ans on bassinera le monde entier avec du Morel. Que puis-je vous souhaiter de mieux ?

Vous n’êtes pas sans savoir que j’ai à mon actif un nombre réduit de films et qu’il me faut à peu près cinq ans pour en réaliser un. Or, le nouveau sera à l’affiche mercredi et je travaille déjà sur le prochain casting. Mon cadeau sera de vous attribuer le rôle principal.

Non, non, ne me remerciez pas, surtout que pour ce rôle, j’ai quelques exigences. Je vous propose de jouer le personnage d’une femme, une belle quinquagénaire, dont on découvrirait le point de vue sur le monde par le biais de sa sexualité. Je n’ai pas le temps de vous raconter le film, de toute façon il n’est pas encore totalement écrit, quoi qu’il en soit, le personnage central est cette dame pleine de vie.

J’aurais pu proposer ce rôle à une femme, évidemment, mais ce serait une grave erreur, j’en suis maintenant convaincu. Aller au plus simple, au plus évident, c’est courir à la catastrophe, la vie d’une femme exprimée par une femme manquerait je le crains d’objectivité. Il me faut un oeil extérieur, un oeil neuf pour nourrir un vrai questionnement sur la féminité. N’allez surtout pas croire que je suis misogyne, loin de là ma pensée, mais il faut “se départir de soi” comme disait Foucault pour créer. Je ne vois alors qu’une seule solution, Monsieur Morel. Pour obtenir ce rôle, il vous faudra changer de sexe.

Oui, je sais, ce n’est pas rien. C’est un sacrifice. Mais il faut savoir perdre d’abord pour gagner ensuite. Des acteurs prennent vingt kilos pour jouer des boxeurs, d’autres en perdent autant pour simuler les malades du sida ou les survivants des camps nazis, vous, mon cher Morel, vous deviendrez une femme. Le tournage débutera dans quatre ans, ce qui vous donnera amplement le temps d’explorer ce continent inconnu qu’est le féminin. Vous irez de découverte en découverte et tiendrez un journal que vous me communiquerez, cela nous aidera à peaufiner le scénario. Ensemble nous allons faire du bon travail vous verrez. Bien sûr tout cela doit rester confidentiel.

Voilà, je vous donne les coordonnées d’un ami chirurgien qui fait ça très bien. Il vous présentera différents modèles de sexe, vous n’aurez qu’à choisir. Prévenez-moi dès que vous aurez fait votre choix que je vous donne mon avis, puis nous programmerons l’intervention. La production prendra en charge les frais et mandatera une équipe de psychologues pour vous accompagner dans cette démarche. Bien sûr, il vous faudra changer de garde-robe, votre femme vous aidera. Vous verrez, vous deviendrez de bonnes copines. »

Suivant Post

Précédent Post

Leave a Reply

© 2017 Fragments d'Orante

Thème réalisé par Anders Norén